Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/11/2007

Je n'irai pas à la Marche de l'Unité

J'ai signé la pétition en ligne pour l'unité de la Belgique, mais pourtant je n'irai pas à la Marche pour l'Unité...  Suis-je un mauvais belge?  Peut-être... peut-être pas... mais comme je vous le disais dans un article précédent... au fond, je m'en fous!

Bien sûr que ce serait "chouette" qu'on reste tous belges, mais concrètement, dans ma vie de tous les jours, qu'est-ce que cela va changer lorsque je serai devenu "ex-belge"???  Je pense que l'envie de rester belge est avant tout du sentimentalisme...  et le sentimentalisme, c'est très joli et tout à fait respectable, mais au bout du compte ce n'est pas ça qui "nourrit son homme"!

Moi, j'aimerais que quelqu'un m'explique calmement mais précisément, (pas en utilisant plein d'idées reçues qu'on peut entendre à droite à gauche et qui n'ont pas toujours de fondement "scientifique")... ce que signifierait dans ma vie de tous les jours, la disparition de la Belgique???

Si on est sûr que la situation va devenir catastrophique pour nous sans les flamands, ça veut dire que finalement, on leur donne raison: nous sommes des assistés qui avons besoin d'eux.  Si c'est le cas, je n'ai pas envie de me battre comme un "mendiant" pour qu'ils viennent à mon aide... j'ai un peu plus de fierté que ça!!!  Et si c'est faux, de quoi avons nous peur?!? 

Enfin à supposer que je sois convaincu par la nécessité absolue de rester unis, ce n'est pas pour autant que je serais convaincu de l'utilité d'une marche pour l'unité.  Pourquoi ne suis-je pas convaincu de son utilité?

- Si les marches servaient à quelque chose ça se saurait...

- La Marche Blanche, fût la plus grande mobilisation que notre pays ait connu... qu'est-ce que cela nous a apporté??  De beaux discours, quelques promesses... et les progrès... pas grand-chose...

- Cette marche ne fera pas mieux que la Marche Blanche et son résultat sera encore moins "mesurable"... vu qu'on ne demande finalement pas grand-chose de concret...  Que la Belgique reste "unie"?  Ca ne veut rien dire, personne n'a encore annoncé le séparatisme définitif...  Un nouveau gouvernement?  Ben, c'est bien ce qu'ils essayent de faire et je ne vois pas en quoi la marche les aidera!  Et puis si jamais les dirigeants doutaient de nos envies (union ou séparatisme) et si notre avis les intéressaient, ils ne manqueraient pas de nous faire voter par référendum... mais visiblement, soit ils connaissent notre avis, soit notre avis ne les intéresse pas, et cela ne changera pas même en allant l'agiter sous leur nez...

- A supposer que tous les signataires aillent défiler (ce qui ne sera pas le cas, puisque je n'irai pas) ça ne représentera tout de même encore qu'une infime partie de la population... retirer 200.000 marcheurs (on n'aura jamais ça!) des 800.000 voix de Leterme et on arrive à quoi?!? 

- Enfin, cette marche représente pas mal de risques: risques de récupération politique, risque de dégénérer en bagarres ou affrontements physiques jusque là (heureusement) évités...  Bien sûr, les organisateurs sont pacifistes, mais ça n'empêchera pas les fauteurs de troubles et autres extrémistes de venir s'intégrer à la masse et/ou à venir les provoquer...  Cette marche pour l'unité pourrait donc devenir le détonateur d'affrontements pas prêts de se terminer...

Non, vraiment, je ne crois pas en cette marche et dans une certaine mesure, je la crains!  Mais évidemment, je dois bien admettre que je n'ai rien de plus efficace à proposer...

J'attends en tout cas avec impatience, vos avis et surtout vos explications "précises" sur le pourquoi il faut aller marcher!

Signé Sk1ppy!

 

Commentaires

La présence de Madame Milquet et de Monsieur Di Rupo est interpellante : pourquoi ne savent-ils pas laisser la population manifester à elle seule ses inquiétudes devant toutes ces combines politiciennes, quelles soient de Flandre, de Bruxelles ou de Wallonie ? C'est extrêmement irritant car beaucoup n'iront pas à cause de cela... dont ma petite famille peut-être. Les politiciens n'ont qu'un rôle, celui de s'asseoir à une table avec la seule et ferme volonté de trouver une paix durable pour ce pays de cocagne dans lequel nous vivons. Dire que tout est en train de fiche le camp sur le plan économique : et cela nos amis flamands ne l'avaient sans doute pas mesuré suffisamment.

Ceci dit, je confirme que tout ce BHV n'est qu'une affaire de politiciens : car que de contacts journalistiques ai-je eu encore hier pour mon travail : que de volonté de collaboration dans nos métiers respectifs, que de gentillesses rencontrées, que de politesse, que d'entraide. Mais bien sur en se respectant les uns les autres. Cela donnait chaud au coeur.

Aah, si BHV pouvait dire : Bonheur, Humour et... Vertu. Bon week-end.

Anne Marie NYSSENS

Écrit par : nyssens anne-marie | 17/11/2007

Je n'irai pas à la marche. Non pas parce qu'il s'y trouvera des politiciens mais parce que je suis d'accord avec vous. Et plus, je me suis fait retirée de la pétition.

Écrit par : Marie-Claire Bero | 17/11/2007

Libre à chacun de faire ce qu il veut manifester pour montrer que les Belges peuvent rester unis au delà des politiciens ou rester au chaud en pantoufles devant sa télé...

Écrit par : vayhair | 17/11/2007

Vayhair, je respecte ce choix de manifester, mais vous ne répondez pas à mes questions...

Et si la marche tourne mal... je suppose que ce sera toujours de la faute des "autres"...

Écrit par : Sk1ppy | 17/11/2007

J'irai à la marche car je suis opposé à toute forme d'extrémisme, de séparatisme et d'intolérance. Nous devons défendre les valeurs de notre démocratie.

J'irai dimanche pour montrer que la démocratie n'est pas respectée de la même manière dans toutes les Communes de Belgique, que tous les citoyens n'ont pas les mêmes droits. J'irai parce que je ne peux pas admettre qu'une Communauté veuille le démantèlement de mon pays, parce que la montée de l'extrémisme dans cette Communauté est un danger pour nous tous.

Écrit par : Marc Dubois | 17/11/2007

Je suis d'accord avec les idées que vous défendez, mais je ne suis pas sûr que cette marche aide la défense de ces idées.

De plus, que se passera-t-il si vous êtes agressés par des extrémistes? Tendrez-vous l'autre joue ou bien répliquerez-vous? Quelque soit votre réponse, elle sera mauvaise: soit ce sera un signe de lâcheté, soit le début d'une guerre civile qu'on pourrait,ou plutôt, qu'on DOIT absolument éviter...

Signé Sk1ppy!

Écrit par : Sk1ppy | 17/11/2007

Qu'est-ce que la scission du pays changerait dans la vie de tous les jours?

Peu de choses vraiment insurmontables pour beaucoup d'ex-belges qui vivent et travaillent en Flandre étant flamands ou en Wallonie étant wallons. Mais il reste les autres, ceux qui vivent ou travaillent à Bruxelles ou de l'autre côté: en Flandre étant francophones ou en Wallonie étant flamands... Cela fait pas mal de monde tout de même, dont la vie pourrait être fortement affectée quel que soit le type de scission adopté. Aucune solution miracle ne permettra de résoudre ce problème sans profonds traumatismes. Ce qui force les belges à vivre ensemble, ce n'est pas la monarchie ni l'équipe nationale de foot ni la sécurité sociale, ce sont les zones du territoire qu'ils partagent, que ce soit pour y vivre ou seulement pour y travailler. L'essentiel n'est dès lors pas d'affirmer le désir sentimental de maintenir l'unité du pays, mais bien de montrer l'extrême difficulté qu'il y aurait à le scinder sans modifier gravement les droits des gens qui vivent ou travaillent dans les zones partagées du territoire. Pour certains d'entre eux ces modifications seraient vues comme positives parce que conduisant à une épuration communautaire, mais pour les autres, ces changements radicaux seraient ressentis comme une atteinte intolérable aux droits liés à leur appartenance communautaire.

Scinder le pays n'est pas une solution à la scission de BHV, ce serait encore infiniment plus difficile.

Aucun scénario de séparation n'évacue d'ailleurs les conflits communautaires.

Imaginons une Flandre séparée de la Wallonie et incluant Bruxelles. Elle hériterait des problèmes communautaires, portant en son sein une minorité non négligeable de francophones.

Ou alors une Flandre et une Wallonie séparées gérant conjointement Bruxelles. Ces deux états seraient-ils réellement indépendants ? Non, tous deux seraient dépendants de Bruxelles et réciproquement. Cette ville resterait alors le lieu de perpétuation du conflit entre les communautés flamande et francophone.

Plus d'autonomie - et dès lors de responsabilité - des régions sur le plan socio-économique est une évolution possible, voire souhaitable, mais pour régler les rapports entre les deux communautés là où elles se trouvent mêlées, il faudra toujours passer par la négociation et donc le rapport de force, en recherchant des solutions équitables et acceptables sur le plan moral, afin de ne pas exacerber les comportements identitaires dans ce qu'ils ont de négatif.

Écrit par : Jacques Delhaye | 17/11/2007

A vous lire cher Jacques, il me semble que la scission de la Belgique serait incroyablement compliquée à mettre en oeuvre... En fait, ça ne m'étonne pas, je m'en doutais et quelque part je m'en réjouis... Je pense effectivement que, quoiqu'en pensent certains, la Belgique ne peut pas si facilement se séparer en 2 ou 3 états...

Je pense même que trouver des solutions pour "reussir la séparation" serait au final bien plus difficile que de trouver de solutions pour rester unis!

Quelque part c'est rassurant, mais il reste un GROS problème: le faire comprendre à qui de droit! Parler en termes CONCRETS des implications, ARRETER les discours politiques et idéologiques... PARLER à "l'homme de la rue" (que je suis) comme à un homme de la rue...

"Ce qui ce conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément"

Signé Sk1ppy!

Écrit par : Sk1ppy | 17/11/2007

no comment bon we Skippy

Écrit par : nougatine | 17/11/2007

Qu'il y ait séparation ou pas, le problème est le même, il faut d'abord régler les conflits.

On peut mettre en parallèle l'informatisation d'une société, d'une comptabilité. L'informatisation peut faciliter et accélérer les choses, mais elle est impossible avant d'avoir solutionner tous les détails de l'organisation.

Pour la séparation du pays, elle ne pourra avoir lieu qu'après la mise à plat de tous les détails.Celà est peut-être un bien qu'il y aurait obligation d'une analyse en profondeur ce que l'on craindt de faire aujourd'hui.

Écrit par : Marc Dubois | 17/11/2007

Les commentaires sont fermés.